[vécu] Finir en beauté la saison de la rando !

Publié le 21 novembre 2017
Tout a commencé au soir d'un bel été indien. Nous avions fait une croix sur la saison estivale, et voilà qu'elle frappe à notre porte pour un dernier rodéo ensemble, le dernier coup de la saison avant de se retirer. On planifie alors une sortie mémorable...

Pour tous les férus de paysages magnifiques, de faune sauvage, d’éboulis, de passages câblés et de roches moutonnées, cette boucle à faire en une journée pour les plus énervés, en deux pour tout sportif aguerri, est faite pour vous.
Pour rassembler tous les ingrédients d’une randonnée réussie il suffit de trouver un spot, prenons le Massif du Mont Blanc. Des sommets à pertes de vue, un nombre de vallées énorme et des sentiers par milliers. Alors comment choisir ? En fonction d’une envie, d’un objectif, de la soirée de la veille, moult critères ! Pour notre boucle ça sera plaisir, technicité, dénivelé et gourmandise (vous en saurez plus en lisant la suite…).

Le terrain de jeu est tellement énorme que nos jambes n’auront qu’à nous porter là où nos yeux se posent (pour ne citer personne). Mon format se base sur deux jours, pour avoir le temps de profiter, de passer une nuit en refuge, en l’occurrence le refuge des Mottets au pied du col de Seigne.
Arrivé la veille sur le parking de Notre Dame de la Gorge [Contamines-Montjoies – Haute-Savoie – France], le départ est lancé pour une journée avec du dénivelé.

Le réchauffement musculaire se fait sur la voie romaine en direction du classique mais non moins très beau col du Bonhomme qui nous offre une vue sur le Beaufortain. Verdoyant, immense, d’ici on a la vue sur le col de la Sauce, le sentier des Curés (magnifique) et la crête des Gittes ! Mais pour nous ça sera changement de vallée avec comme premier objectif la ville des Glaciers par le col des Fours.

col des fours

Cette variante du TMB reste préservée, le col perché à plus de 2600 m nous offre une belle sente avec un sol pas très palpable, mieux vaut avoir de bonnes chaussures de rando...
Une petite pause au refuge du Mottets et une question : « T’as encore les cuisses ? » « Euh, oui… » Pas eu le temps de finir de poser les affaires, que l’on s’offre un col bonus, le col de l’Ouillon ! Juste extra ! Un sentier oublié, une bifurcation à prendre lorsque l’on se dirige vers le col de Seigne, un alpage immense à traverser, des passages délicats et puis le col en vue. Là, c’est dré dans la pente ! Pour finir à moitié dans de la roche inconsistante et le col est … Waouuu une immense étendue ! Surprenant ! La montée ne nous avait pas laissé imaginer ça !

col de seigne

Le temps de la descente, de la bière de fin journée (à consommer avec satisfaction), un repas, une nuit au refuge et on remet les sacs à dos !
Le lendemain on rejoint une bande de joyeux lurons qui arrive d’Italie pour finir le parcours ensemble. Point de rendez-vous au col de Chavannes !
En arrivant au col de Seigne, la vallée italienne est magnifique, on devine le Mont Blanc et il faudrait une page entière pour vous décrire chacun des sommets et l’envie qui vous prend d’aller parcourir tout ça ! Nous retrouvons la troupe et retournons sur nos pas. Redescente vers le col de Seigne et en avant pour la tarte aux myrtilles au refuge Robert Blanc ! Rien de tel pour se motiver, le passage câblé, la remonté du chaos rocheux, les roches moutonnées et ses torrents, la moraine et enfin le refuge. L’histoire glaciaire de ce lieu est facilement observable.
La tarte à la Myrtilles, dégoulinante de saveur et croustillante de plaisir… passage obligé pour passer un bon moment et recharger les batteries. La météo est encore avec nous, les deux derniers passages clés nous attendent : le col de la grande Ecaille et la descente du col d’Enclave.

col de la grande ecaille

Depuis le col de Seigne, c’est la partie la plus sauvage, la traversée, la remontée du col et puis la vue depuis le col d’Enclave sur les lacs Jovet … ce bleu vert qui ferait pâlir les plus beaux lagons des caraïbes ! Cette derrière descente ne doit pas être prise à la légère, sol glissant, pente et bloc rocheux instables.

Lac jovet

Une boucle, bouclée ! Redescente vers notre dame de la gorge. Les cuisses n’en demandaient pas autant, plus de 50 kilomètres, près de 3 800 mètres de dénivelé positif, 190 sourires, 2 bouquetins, trois marmottes et 1 part de tarte aux Myrtilles !

Bouquetin

Un tracé où il faut être attentif, un tracé montagne qui reste une bonne initiation au sentier escarpé que peut nous offrir le massif du Mont Blanc.
Commentaires

Boutique en ligne pour l'Achat d'équipement Ski, Snowboard, Skate, matériel e t chaussures montagne, matériel Randonnée et Sac à dos.

Faites le plein d'actu sport
suivez-nous...
Post récents
[vécu] Finir en beauté la...
Tout a commencé au soir d'un bel été indien. Nous avions fait une croix sur la saison estivale, et voilà qu'elle...
Tarif location Montaz Sports...
Tarif applicable pour la saison 2017-2017. Tarif location Reparation Montaz Worden 2017-2018
[VÉCU] Grimper le Cheval...
"Et si on se faisait un truc cool en montagne ?" Voilà, l'idée était lancée : faire une grande voie de...