[VÉCU] 3500m – L’Aiguille Sud du Tour via l’Arête de la Table

Publié le 8 octobre 2018
A table !

Pas de plat savoureux, pas de poularde à la broche, mais un assortiment de granite et de neige du Massif du Mont Blanc ! Aujourd’hui c’est l’arête intégrale de la table pour arriver à l’Aiguille Sud du Tour à un bon 3500m d’altitude !

La mise en bouche se fait un beau weekend d’été, le soleil de la vallée de Chamonix tape fort et il est dur de partir du barbecue. Au moment du café on prend le temps de dispatcher un méli-mélo de friends, coinceurs, sangles et autres mousquetons, un arc en ciel de ferraille que l’on aura plaisir à porter (…) et nous voilà fin prêts, direction le Tour !

Le cadre est posé, la route qui nous mène à l’autre bout de la vallée est enclavée entre à gauche le massif des Aiguilles Rouges et à notre droite le Mont Blanc, l’Aiguille du Midi, les Aiguilles de Chamonix. Ça défile jusqu’aux Drus, colossaux ! Monticules énormes de roches qui gardent l’histoire de chacun.

Arrivés au Tour, une motivation extrême nous invite à nous offrir une montée full détente par les remontées mécaniques, pas très sportif me direz-vous, mais le sillon de 1000 m de dénivelé positif de la "directissime" morainique ne nous fait pas envie, si la tête n’y est pas, les jambes ne suivront pas !

Nous finissons la montée vers le refuge où les quantités de neige de cet hiver nous ont laissé de magnifiques névés ! Dernier passage sur le haut de la moraine et nous sommes arrivés au palace : le refuge Albert Ier ! Un super accueil, un bon repas, on fait le point sur la course que l’on veut faire demain avec le gardien et direction les dortoirs pour être frais au départ à 4h !



Café, biscottes, baudrier, frontale et zou ! Les départs sont toujours aussi grisants, trouver son chemin dans la nuit au milieu des blocs rocheux, se laisser porter par le craquement de la neige gelée caractéristique et ces enfilades de lucioles qui illuminent l’immensité du glacier. Instant de connexion avec ce qui nous entoure, c’est particulier et fort agréable.

Le jour se lève doucement, l’Aiguille du Chardonnet s’embrase, le dessin des crevasses et des sillons de neige prennent une autre dimension.



Nous quittons la trace de la voie du col supérieur du Tour pour nous diriger vers l’attaque du couloir de la table. Nous ne sommes pas seuls aujourd’hui et il faut prendre en compte l’avancement de chacun. Un couloir neigeux nous amène à l’attaque du caillou, qui pour cette première partie est seulement un agrégat de sable, de blocs et autre pierres magnifiquement instables ! L’instant est au parpinnage, préliminaire de la journée.

Une fois cette portion passée nous devons rejoindre l’arête, tous les itinéraires sont possibles, ça passe de partout et nous continuons en corde tendue pour ne pas perdre de temps.

Finalement nous suivons de loin les cordées qui sont devant nous, nous enchaînons les passages grimpants et suivons l’itinéraire au mieux car aucun de nous n’a auparavant été sur cette course et cela va se voir sous peu.

Nous quittons un moment le fil de l’arête pour un passage qui nous intéressait plus et nous voilà dans une face Nord chaotique. Nous nous efforçons de retrouver l’itinéraire, tout est instable, les pieds, les mains ne tiennent que sur des blocs rocheux qui ne demandent qu’à rejoindre le glacier 400 mètres plus bas ! Un pied posé lourdement et me voilà tel Speedy Gonzalez à pédaler dans le vide pour récupérer quelque chose qui tient, une belle montée en pression et nous avançons toujours.



L’arête de la Table porte son nom car il y a réellement une table, un enchevêtrement de blocs qu’il faut chevaucher pour continuer, le passage est cocasse mais ça le fait. Ensuite les tronçons sont très esthétiques, une grimpe intéressante, un beau rasoir, un cheminement pas tout le temps évident et puis l’antécime.

Nous prenons le temps d’un break avant la partie finale qui sera un mélange de désescalade et de grimpe sur du rocher sableux et le sommet ! Un magnifique brouillard nous accueille.



La course a été longue pour nous, certaines décisions que nous avons prises nous ont fait perdre pas mal de temps. C’est dans ces moment là où l’on voit qu’une cordée c’est deux personnes qui se complètent bien et qui arrivent à bout d’un gros caillou.



Une nouvelle histoire d’écrite pour l’Aiguille Sud du Tour et un nouveau souvenir pour nous !

 

Thomas W. pour MONTAZ.
Commentaires

Boutique en ligne pour l'Achat d'équipement Ski, Snowboard, Skate, matériel e t chaussures montagne, matériel Randonnée et Sac à dos.

Faites le plein d'actu sport
suivez-nous...
Post récents
Chaussures de randonnée : 10...
Quand on fait de la randonnée, les chaussures sont la base, l'élément non négociable entre notre corps et la...
Journée VIP avec Dynastar
Ils sont quatre à avoir gagné une journée VIP lors de leur achat de skis Dynastar chez MONTAZ ! Et visiblement,...
Faction Ski Trip to Verbier
Benjamin et Lilian, les très heureux gagnants de notre concours avec The Faction Collective sont prêts, prêts pour...